Auvergne 10-14 septembre : un séjour entre efforts, gastronomie et détente !!!.

Publié le par Fabrice Terefenko

En cette première quinzaine de septembre, 26 adhérents du club sont partis découvrir l'Auvergne. Et tout particulièrement ses nombreux puys où il n'y a vraiment que l'embarras du choix. Mais également quelques belles cascades.


Et c'est sous un ciel couvert que le 10 septembre, nous prenons la route en direction du Puy de Dôme proprement  dit qui culmine à plus de 1400 m d'altitude et qui offre une belle vue sur la ville de Clermont Ferrand. Mais rien n'est garanti car la pluie rencontrée en chemin menace toujours et surtout le plafond reste bien bas sur les sommets. Mais ce n'est pas cela qui va nous décourager bien évidemment.  Bien avant l'heure du casse-croûte, nous serons contraints face à une pluie qui cingle les visages de sortir tout le matos de protection : veste coupe-vent, cape et parfois même le sur-pantalon pour certains. Les premières marches d'escaliers aménagées  nous attendent pour découvrir dans l'humidité le puy Pariou. Mais Bernard a toujours un tour dans son sac et c'est inespéré qu'il nous commanda le soleil au sommet du Puy de Dôme. Il ne nous restera plus qu'à redescendre au col de Ceyssat avant ensuite de rejoindre notre point de chute dans la commune du Mont Dore. Seulement 1400 habitants mais elle donne l'impression d'en contenir 3 fois plus tant elle est allongée et active. La présence du thermalisme n'y est pas étrangère.


Pour le samedi, la journée est plus enthousiasmante avec le retour du soleil et la fraîcheur du lever du jour est supportable. Ce jour-là, nous aurons la découverte de cascades après le col de la Croix-Morand où les Harley sont de sortie. Plus d'une aurait bien fait un tour !!!!. Mais il n'y a pas que les motos qui font l'attraction locale; nous n'en oublions pas les belles vaches auvergnates qui ont des prés à perte de vue pour se promener. Cette journée nous offrira deux cascades pour le prix d'une !. Malgré la récente période sèche, ça coule tout de même pas mal comme à celle de Queureuilh. C'est ici que nous ferons notre première photo de groupe. Auparavant, nous aurons grimpé au Puy de l'Angle, où ce fut la pose repas.


Pour la journée dominicale, on inverse le programme pour reposer quelque peu les muscles car la veille nous avons tout de même fait 21 km et plus de 1000 m de grimpette. Et puis on s'évitera la grande foule du dimanche. Nous partons donc en direction du col de Guéry à quelques kilomètres du Mont Dore. On y découvrira son magnifique lac avant de se rendre en direction de la Banne d'Orbanche; de loin ça donne l'aspect d'un gros rocher. En tout cas, il y  a du monde au sommet pour profiter d'une vue à 360°. On y repère déjà les sommets faits les deux premiers jours. La pause déjeuner s'y fera à l'abri du vent, un peu plus bas, entourés que nous serons par les bruyères à perte de vue mais aussi les myrtilles. On ne citera pas les noms des gourmands !.


Lundi sonne le plat de résistance de ce séjour. Tout le monde l'attend !; c'est enfin le Sancy  que nous allons affronter sous un ciel bleu azur matinal mais avec un peu de vent. Malgré son air de montagne, c'est un véritable volcan. Et comme son sommet n'a pas de cratère, c'est ce que l'on appelle un strato-volcan. Pour simplifier les choses. En  tout cas, la pente est bien véritable mais plus impressionnante qu'il n'y parait. Chacun est libre de son choix : soit atteindre la partie sommitale droit devant nous sur une longueur de 300m; soit contourner par la droite (1 km de parcours) mais grimper pas moins de 700 marches d'après Marie Noelle. Et pour un lundi, vu la foule, on se serait cru au pèlerinage de Solutré !. L'effort du jour (1000 m de grimpette) nous aura permis de découvrir auparavant la belle vallée de Chaudefour. Cela en valait la peine tant le paysage qui nous enveloppe est grandiose. La boucle se terminera par le passage au Puy des Crebasses avant de retrouver notre parking.


Mardi pour la clôture est un peu plus light après cette belle journée de lundi. Après des emplettes de fromages locaux et autres produits, nous prenons la direction de Murol; connu pour son château perché au-dessus de la commune. Même après l'avoir découvert il y a plus de 30 ans, il me donne toujours l'impression de loin d'être un château en ruine; il n'en est rien. La balade d'une dizaine de kilomètres  nous permettra de faire une boucle tout autour du lac Chambon où brochets et autres poissons y foisonnent. En compagnie des canards pas du tout farouches, nous y ferons notre pause repas. Après cela, on remontera la pente en direction du rocher de l'Horloge avant de replonger vers le château de Murol. Nous terminerons avant de reprendre la route du retour par un petit rafraîchissement à Saint Nectaire.


Nous ne serions pas complets dans ce reportage sans parler de l'ambiance qui une fois de plus a été formidable et des très bons repas et desserts concoctés par notre gîte : salade avec sa charcuterie et sa truffade, cote de veau avec ses pennes à la sauce au bleu d'Auvergne,porc avec riz et  son rougail,saucisses d'Auvergnes aux lentilles, de succulentes soupes également, tarte aux myrtilles, pompe aux pompes, crumble, gateau au chocolat.... Bref, comme vous le voyez, que des choses qui ne font pas monter les taux de sucre et de cholestérol !!!!.

Ah j'allais oublier la séance détente entre sauna et jacuzzi !; une première pour certains.....

On ne remerciera jamais assez Bernard pour ce séjour mené comme à son habitude d'une main de maître car gérer un groupe de 26 personnes n'est pas toujours chose facile.

La pluie qui nous avait accompagnés à l'aller nous tiendra en partie compagnie également sur le chemin du retour. Le séjour s'achève à 21 h pour certains, à 22 h pour d'autres avec de bien belles images plein la tête.

 

QUELQUES PHOTOS POUR FINIR :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article