Séjour les Gorges du Tarn et de la Jonte

Publié le par étoile revermont

Aux temps chauds : les Gorges du Tarn et de la Jonte

Sous une chaleur accablante 5 journées plutôt intenses…

Lundi 19 juillet : au terme d’un trajet de 340km et 5h30 : La Malène. C’est jour de marché : parkings dédiés ! Bien sûr, nous en avons trouvé, excentrés, sans ombre. Vers13h, démarrage en côte, sur le Causse Méjean, entre14 et 21%, en plein cagna, après manger…dur, dur, 463m de dénivelé pour 3.3km. Certes la récompense est en haut aux Roc de Serres et Roc des Hourtous avec le panorama sur la Malène et le canyon du Tarn et l’eau fraîche de la fontaine de Rieisse. La descente raide – jusqu’à -38%- interminable- s’effectue heureusement à l’ombre. Il est 18h50 quand nous prenons la route vers Boyne où nous sommes hébergés à l’Hôtel Restaurant des Gorges au Viaduc. Nous arrivons sous l’orage ! L’équipement des chambres est hétérogène mais dans l’assiette c’est pantagruélique. Le rapport qualité/prix amène à s’interroger sur la rentabilité pour l’Hébergeur…

Mardi 20 : au départ de Liaucous, sur le Causse de Sauveterre, nous côtoyons des jeunes équipés pour la via ferrata. Nous sommes à l’ombre. Au Roc des Agudes : nos premiers vautours…Après le pique-nique, visite A/R du village du bout du monde : Vors. Et bientôt, changement de versant, le soleil a tourné nous sommes toujours à l’ombre. Nous traversons le village troglodyte de St Marcellin, s’ensuit le cirque de St Marcellin avec ses rochers aux formes suggestives, très commentées, puis c’est Eglazines, troglodyte aussi, habité jusqu’en 1971, partiellement restauré. Nous sommes environ 400m au-dessus du Tarn, face au Causse Méjean. On y aperçoit le Rocher de Capluc dont il sera beaucoup question (échelles). Retour à Liaucous après 19.6km et +606m.

Séjour les Gorges du Tarn et de la Jonte

2 boucles ce mercredi 21 : sur le Méjean. Accès routier de 32 km sur des routes très sinueuses. Il fait déjà très chaud quand nous partons à la découverte du site protohistorique des Arcs de St Pierre façonné par l’érosion avec ses 3 arches, ses rochers aux formes plus ou moins évocatrices, comme la Poule de Houdan, des profils ‘’humains ‘’, le tout dans les pins. On y trouve des grottes : vaste comme la Baumelle, étroite comme celle de l’Homme Mort où a été retrouvé un crâne trépané         (-3500 avant J.C). Le village des résiniers est assez vaste : la résine extraite par pyrogénation des aiguilles de pins servait au calfatage des bateaux. A l’issue de ce parcours en partie en A/R nous reprenons les voitures en direction du hameau de Cassagnes où il est interdit de stationner et à l’heure où nous arrivons de nombreux touristes nous ont précédé et se sont garés, nous éloignant de près de 2 km du parking envisagé où nous effectuons des demi-tours plus ou moins délicats. Un vrai casse- tête et une grosse perte de temps. Finalement, au bout d’une demi-heure, la propriétaire d’une buvette du hameau, alertée par notre manège, nous propose l’accès au parc de ses chevaux. Elle a vu juste ! 24 consommateurs potentiels, et reconnaissants, ça va de soi. Après le pique-nique c’est le départ pour la Corniche de la Jonte et l’accès au belvédère dénommé le Balcon du Vertige avec sa main courante au-dessus du vide. Les vautours sont là, au-dessus de nos têtes mais pas que ! En effet, nous sommes stoppés par un garde de l’ONF qui nous enjoint de ne plus utiliser nos bâtons, de marcher en silence en progressant sur le sentier car un jeune vautour est au nid surveillé par ses parents…200m plus loin, un autre guide met à disposition une puissante lunette braquée sur le nid. Merci ! Nous sommes maintenant dans une zone accidentée à l’écart de la Corniche, nous rejoignons le rocher percé du Pas du Loup avec son portail métallique et arrivons au rocher monolithique du Vase de Chine et rapidement à celui du Vase de Sèvres : impressionnant, combien de temps vont-ils encore tenir ? Puis très beau panorama sur la fin des gorges de la Jonte et Peyreleau. Le temps perdu pour se garer à  Cassagnes ne nous permet pas d’envisager d’aller gravir le Rocher de Capluc de surcroit exposé plein soleil et dont les échelles doivent être brûlantes. Nous atteindrons la fontaine du Teil avant de rejoindre Cassagnes…et la Buvette. Au dîner un énorme faux-filet de race Aubrac accompagné d’un gratin de pommes de terre au bleu des Causses. Une journée bien remplie.

Séjour les Gorges du Tarn et de la Jonte

Ce jeudi 22 encore 2 boucles sur le Causse Noir, face au Méjean : au départ de Peyreleau : l’Ermitage St Michel que nous effectuons en sens inverse à celui préconisé pour être à l’ombre, ce qui ne veut pas dire qu’on n’a pas chaud ! Nous sommes sur la rive de la Jonte opposée à celle de la veille, permettant de voir les Vases sous un autre angle. Passage au pied du « champignon ». Vers midi nous atteignons les ruines de l’Ermitage St Michel ayant succédé au château de Montorsier : c’est un véritable nid d’aigle accessible pour partie grâce à des échelles. Vue imprenable, belle révision topographique, face au Belvédère des Vautours (site d’observation équipé de longues vues et exposition permanente sur le vautour fauve, sa disparition et sa réintroduction dans les gorges de la Jonte dans les années 80).  A 15heures nous sommes de retour dans la fournaise de Peyreleau : environ 40° !!!           ….la 2ème boucle/ découverte de Roques Altes – à 16km, 25’ de route- effraie un groupe tétanisé  à  l’idée de cheminer dans un site de rochers ruiniformes, sans ombre. Les palabres ne durent pas longtemps d’autant que Peyreleau est un village médiéval perché …En rasant les murs on localise le confluent de la Jonte et du Tarn en direction de Le Rozier. Et ce qui fait l’unanimité : une terrasse ombragée qui nous fait oublier que nous avons raté la vue sur le tablier…du viaduc de Millau (visible de Roques Altès).

Séjour les Gorges du Tarn et de la Jonte

 

Vendredi 23 : changement de profil de rando, en haut du plateau verdoyant du Sauveterre, au départ de St Georges de Lévézac , un peu de bitume et nous atteignons le Point Sublime, le bien nommé, avec sa table d’orientation.  Surplomb du canyon du Tarn qu’on suit du regard depuis les Détroits jusqu’au Roc Aiguille et même le Pas de Soucy (brumeux) vers l’amont. Face à nous se déploie le cirque de Beaumes et nous sommes 400 à 500m au-dessus du Tarn qui fait ici un coude à presque 90°. Les vautours sont présents. Ensuite nous traversons les hameaux à l’architecture caussenarde typique, trapue, aux toits en lauzes. A Serres on observe une équipe de couvreurs en train de terminer la réfection d’un toit en lauzes. Nous devisons avec une agricultrice qui sort de sa salle de traite (pour ses 60 vaches). Lui faisant remarquer qu’on s’attendait à voir des brebis plutôt que des vaches, dans un large sourire elle déclare qu’il est normal qu’on n’en voit aucune en été car elles ne les sortent que le soir, car les moutons c’est comme le chocolat ça craint la chaleur ! c’est ben vrrrai, ça ! Plus loin au hameau des Fonts nous avons pu observer l’intérieur d’une bergerie voutée en ogive, typiquement caussenarde, avant de regagner St Georges vers 13h30 et faire ensuite escale à Ste Enimie, classé plus beau village de France –médiéval- adossé à la montagne, avec ses ruelles pentues en calades de galets du Tarn, bien fleuries, avec des panneaux descriptifs, ses artisans d’art. Passage groupé, avec le masque à l’entrée, en terrasse pour le verre de l’amitié avant de reprendre la route vers 16h, avec la clim !

Séjour les Gorges du Tarn et de la Jonte

Publié dans Séjours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article